Index du Forum




 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Après midi que personne n'aurait imaginé ainsi ..
Aller à la page: <  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> INSIDE the city -> Fête forraine
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Joe Jonas
I'm a Bad Boy .

Hors ligne

Inscrit le: 26 Déc 2009
Messages: 94
Localisation: Los Angeles

MessagePosté le: Sam 26 Déc - 03:13 (2009)    Sujet du message: Après midi que personne n'aurait imaginé ainsi .. Répondre en citant

Après avoir entendus plusieurs cris venant du bâtiment pour le moment inconnus, le train revint laissant apparaître des sièges vides. C'était à présent aux nouveaux passagers de s'installer. Ceci avancèrent rapidement, nous permettant à notre tour de monter dans un des six wagons. Demi fut la première à se mettre assise, je la suivis de près, pour me retrouver promptement à sa gauche. Nous attendîmes un très court instant, avant que l'engrenage mécanique, signifiant le départ du train, se mette en route. Ce mouvement, nous fis légèrement basculer vers l'arrière afin de bien nous caler entre la barrière de sécurité et le siège en cuivre rouge. Une fois entrés, on ne distinguer rien d'autre que la pénombre lourde et aveuglante du manège horrifiant. Profitant de la faible lumière rouge éclairant les décors sinistres, je jeta un coup d'œil vers Demi. Celle ci, avait l'air un peu moins terrifiée que lorsque l'on était sous le zénith de l'après-midi. Distraie par ma compagne, j'émis un petit sursaut lorsque un squelette tomba du plafond pour se suspendre à quelques centimètres au dessus de nous. Mais ma réaction parut minable à côté de celle de Demi. En effet, complètement effrayée elle se blottit littéralement dans mes bras, pour mon plus grand plaisir. Le wagon continua toujours à s'enfoncer de plus en plus loin, suivant méthodiquement les rails du train. Nous croisions tour à tour, des monstres ayant pour ma part, presque l'air effrayant. Complètement absorbé, par une momie dont les bandages pendaient encore le long de son corps, je me retourna confiant lorsque Demi me tapota l'épaule, afin de me poser une question. Je pensais retrouvée une fille belle et éblouissante, comme à son habitude, mais au lieu de ça, mon regard se braqua sur un squelette en plastique. Avez vous déjà était surpris par quelque chose de très terrifiant au moment où vous vous y attendiez le moins ? Moi cela venait de se produire à l'instant.. Je ne pus m'empêcher d'émettre un grand cri de terreur, avant de blottir ma tête sur l'épaule de Demi, tout en cachant mes yeux, avec les paumes de mes mains. Celle-ci amusée par cette situation se contenta de me caresser tendrement mes cheveux, un petit rire s'échappant de sa bouche..  


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 26 Déc - 03:13 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Demi Lovato
I'm Just a girl .

Hors ligne

Inscrit le: 26 Déc 2009
Messages: 96
Localisation: Los Angeles

MessagePosté le: Sam 26 Déc - 03:14 (2009)    Sujet du message: Après midi que personne n'aurait imaginé ainsi .. Répondre en citant

La réaction que Joe eut après avoir regarder le squelette en plastique me fit rigoler, et je lui caressa tendrement les cheveux. Bien que de nouvelles horreurs apparurent, je me sentais de plus en plus à l'aise. Lorsque soudain, le wagon s'arrêta violemment, et les légères lumières qui se trouvaient au coin des différentes pièces s'éteignirent brusquement. Je me tus pendant une minute, qui me parut une éternité. Je me retenais de respirer, effrayé. Qu'est ce qui se passé ? Etais-ce prévu dans l'attraction ? Je me retournas lentement vers Joe, et chercha sa main dans le noir. Lorsque je la trouva enfin, je la serra de toute mes forces. J'avais peur. Très, très peur...    


Revenir en haut
Joe Jonas
I'm a Bad Boy .

Hors ligne

Inscrit le: 26 Déc 2009
Messages: 94
Localisation: Los Angeles

MessagePosté le: Sam 26 Déc - 03:16 (2009)    Sujet du message: Après midi que personne n'aurait imaginé ainsi .. Répondre en citant

Toujours confortablement blottis dans les bras de Demi, j'étais rassuré depuis déjà longtemps, mais je resta tout de même dans cette position. Moi, profiter de la situation ? Je ne ferais jamais ça.. Soudain, je me relevas brusquement. Du moins, je fus obligé, par risque évident de tomber. En effet, le wagon venait de s'arrêter violemment. Les différentes lumières et sons mécaniques cessèrent de fonctionner. Croyant tout d'abord, que c'était dans l'attraction, je me contentas d'attendre patiemment. Plusieurs secondes s'écoulèrent. Lorsque que vinrent le tour des minutes, je sentis une main affolante, cherchant la mienne. Mes pupilles s'étant habituée quelque peu au noir, je reconnus d'une image flou les doigts Demi. Afin de la rassurer, je la serra contre moi, et l'embrassa tendrement sur le front. Après ce geste, je lui chuchota :
Ça ne devrait pas tarder à redémarrer.. (Essayant d'être confiant)      


Revenir en haut
Demi Lovato
I'm Just a girl .

Hors ligne

Inscrit le: 26 Déc 2009
Messages: 96
Localisation: Los Angeles

MessagePosté le: Sam 26 Déc - 03:17 (2009)    Sujet du message: Après midi que personne n'aurait imaginé ainsi .. Répondre en citant

Il me serra contre son torse, puis m'embrassa tendrement sur le front. Puis, il me dit une phrase qui avait pour but de m'apaiser. Bien qu'au premier abord, ses mots pouvaient être rassurant, ils ne donnèrent malheureusement pas l'effet escompté. Et bien au contraire : J'étais de plus en plus inquiète. Je sentais l'inquiétude dans sa voix.  Je me rapprochais à nouveau de Joe, de façon à être littéralement collé contre lui. Mon souffle s'accélérait de plus en plus.
(A peine audible) Ne me dit pas qu'on est coincés.
 


Revenir en haut
Joe Jonas
I'm a Bad Boy .

Hors ligne

Inscrit le: 26 Déc 2009
Messages: 94
Localisation: Los Angeles

MessagePosté le: Sam 26 Déc - 03:20 (2009)    Sujet du message: Après midi que personne n'aurait imaginé ainsi .. Répondre en citant

Désormais tout cogiter dans ma tête.. Ma raison aurait voulut surpasser la dure réalité.. J'avais beau essayer de me convaincre que l'engrenage bruyant reprendrait son cours et couvrirait ce silence qui devenait angoissant, mais malheureusement tout dans ces lieux me persuader du contraire. Les monstres mécaniques brusqués dans leur mouvement prenaient maintenant l'étrange allure de statues de cire. Un seul néon, miraculé sans doute, clignotait vers une destination inconnue tel un phare au milieu de la mer. Et les murmures des autres personnes prisonnières, s'accentuaient au fil des secondes. La réalité l'emporta on était bel et bien coincés ici. Qu'allons-nous faire à présent ? Qu'allais-je dire à la Demi perplexe et stressée qui se trouvait à mes côtés ?
Ne t'inquiète pas tout devrait s'arrangeait d'ici quelques minutes.. Cela dit pendant ce temps, nous ferions mieux d'essayer de trouver les autres personnes.. On ne sait jamais, ils ont peut-être trouvés un moyen de sortir d'ici. (Chuchotant)
Je descendis prudemment du wagon, afin que mes pieds atteignent la surface boueuse qui servait de sol. Je m'empara par la suite des poignets de Demi et la ramena vers moi avec douceur. Ses pieds s'enfoncèrent à leur tour dans la boue ce qui fit gémir cette dernière de dégoût. Après m'être fichu d'elle par un ricanement, j'avança dans l'obscurité en la traînant derrière moi. Elle suivait le mouvement sans pour autant trébucher à de nombreuse reprises. En effet, nos piétinements maladroits résonnaient dans l'espace, lequel semblait vaste. Privé de mes sens, je fermais mes paupière et serrai fortement les lèvres.. Cette dernière action, me fit trébuché contre un pavé retrouvé là on ne sait pourquoi. Je chuta expliscitement face contre terre dans la boue. Je n'arrivais pas à me relever, et étais carrément couvert de boue. La lumière cliche qui tombait du ciel se reflétait vaguement sur le sol, ce qui me permit de voir les pieds de Demi face à moi.
Dis, tu veux bien m'aider à me relever ?
Demi ne put s'empêcher de rigoler et me tendit gentiment sa main que j'aggripa avec tout mes forces afin de l'attirer vers moi. Elle tomba d'une manière encore plus brusque que ma précédente chute. J'avais conscience que l'on pouvait être coincé éternellement ici mais étrangement je me sentais bien..        
 


Revenir en haut
Demi Lovato
I'm Just a girl .

Hors ligne

Inscrit le: 26 Déc 2009
Messages: 96
Localisation: Los Angeles

MessagePosté le: Sam 26 Déc - 03:22 (2009)    Sujet du message: Après midi que personne n'aurait imaginé ainsi .. Répondre en citant

Une fois de plus, ses mots ne me rassurèrent en rien, cependant je me contentais de m'exécuter. Après que Joe soit sorti du wagon, il m'aida à faire de même. Lorsque mes pieds se posèrent par terre, je ne pût m'empêcher de pousser un cri de dégoût. en effet, ce n'était pas du béton dur & lisse qui m'accueillit, mais plutôt une grosse marre de boue, qui venait sans aucun doute d'affreusement salir mes chaussures en toile blanche. Je jura durant quelques secondes, puis Joe s'empara de mes doigts afin de les glisser entre les siens. Nous marchons lentement, afin d'éviter tout les obstacles postés sur notre chemin, et que nous étions, évidemment, incapable de voir. A plusieurs reprises, je manqua de tomber par terre, mais j'arrivais toujours à me rattraper à Joe. Finalement, ce fût lui qui trébuchas sur un pavé, ce qui me fit longuement rigoler. Il me demanda gentillement de l'aider à se relever, tout en tendant sa main en ma direction.
Mais avec plaisir mon cher Joe. Lui répondis-je en rigolant.
Je mis ma main dans la sienne, mais contre toute attente, ce ne fût pas à moi de donner de ma force afin de relever Joe, mais bel et bien ce dernier qui m'emporta violemment contre lui.
JOE ! T'es malade ou quoi ? Hurlais-je.
A mes mots, plusieurs filles rétorquèrent par de multiples questions.
Joe comment ? Joe Jonas ? Le chanteur des Jonas Brothers ? C'est lui ce Joe ? Il est ici, dans ce train fantôme ? OHH IL EST TROP SEXY ! Joe si tu es là, je t'aime !
Elles paraissaient sur excitée, juste à entendre l'intonation de leurs voix. Ce qui fit bien évidemment rigoler Joe..
Non, pas Joe Jonas, ça se saurait si il était là ! Et aussi si j'étais son amie.. Enfin réfléchissais, qu'est ce qu'il ferrait ici, il doit être avec ses frères en train d'enregistrer son prochain album..
A ma réponse aucunes de ces filles ne répondirent. J'étais fière de ce que je venais de faire, et arbora un grand sourire. Je fûs sortie de mes pensées par un toussotement. En effet, j'étais toujours allongée sur Joe..
Désolée, mais je suis vraiment égoïste .. Et tout particulièrement à ton sujet.
La position dans laquelle nous étions ne me dérangeait pas plus que ça .. Il faut dire que ça devenait presque habituel que nous nous retrouvions ainsi, l'un sur l'autre, et mon visage à à peine quelques centimètres de celui de Joe.  


Revenir en haut
Joe Jonas
I'm a Bad Boy .

Hors ligne

Inscrit le: 26 Déc 2009
Messages: 94
Localisation: Los Angeles

MessagePosté le: Ven 26 Fév - 23:28 (2010)    Sujet du message: Après midi que personne n'aurait imaginé ainsi .. Répondre en citant

Nous les stars, nous sommes très reconnaissantes envers nos fans. Il est vrai que sans elles, jamais nous ne serions arrivés à la vie merveilleuse et glorieuse que nous menons chaque jour. Jamais nous ne donnerions des concerts dans des salles remplies à craquer. Jamais nous aurions fait la couverture des magazines les plus en vogues. Seulement, il arrive quelques fois, que leurs manies nous exaspèrent au plus haut point. Pourquoi se sentent-elles toujours obligées de crier le plus fort possible dès qu'elles nous aperçoivent? Pourquoi doivent-elles toujours mener une sorte de compétition entre elles; selon celle qui arrivera la première à nous séduire? Pourquoi ne nous considèrent-elles pas comme des ados banals? Car c'est ce que nous sommes. Il est vrai, qu'il y a quelques années, toutes ces choses me plaisaient. En vérité, elles m'amusaient car elles ne faisaient qu'augmenter mon égo sur-dimensionné. Mais maintenant tout cela m'agace. Parce qu'encore aujourd'hui, enfermées dans un manège effroyablement mort, mes fans suscitaient une réaction complètement inutile.
Effectivement, Demi soudainement immaculée de boue, hurla mon prénom. Les fans, alertées au quart de tour par les échos de sa voix, avaient comme mis, leurs manies en route. Et , elles ne cessèrent de batifoler à l'idée que je sois enfermé dans une pièce avec elles. Cela me fit rire au début, à la seule idée que Demi puisse être jalouse. Mais mon agacement habituel repris vite le dessus. Demi réussie néanmoins, à calmer les ardeurs de ces filles, en leur rétorquant avec beaucoup de tact la faible probabilité que je me trouve dans ses lieues. Elle était encore allongée sur moi et me paraissait perdue dans ses pensées. C'est pourquoi je me permis d'émettre un léger toussotement tout en caressant sa joue. Après m'avoir tendrement embrassé, elle se releva. Je fis de même, toujours désœuvré, attendant  que l'on puisse sortir d'ici. On entendait le grand vent du soir soufflait. Il grondait, avec le sifflement appuyé d'une chute d'eau. Le temps avait l'air d'avoir bien changé.
Soudainement, une voix brouillée sortit de ce qui me semblait être un interphone. La plupart des mots étaient certes hachés mais compréhensifs.
<< ..dames et mess.. nous somm.. ..solé de cett. situ..tion, tout sera très vi.. rétabl.. dans quelques minu.. >>
Les gens enfermés prenait un plaisir amer et désespéré à critiquer la situation. Leurs lamentations furent très vites coupées par la nouvelle prise de paroles de " l'interphone".
<< Veuillez retournez dans vos wagons je vous prie. Les lumières ne devraient pas tarder à se ré-actionner >>
Je me retourna vers Demi, et lui dit tout sourire :
Tu vois je t'avais dit que tout s'arrangerait..
Un remue ménage commença. On appelait, on trébuchait, on patientait, chacun voulant rejoindre sa voiture et sortir d'ici au plus vite. Pour une fois, Demi me devançait. Comme on dit, les femmes sont souvent dotées d'un sixième sens. Je me contentais alors de la suivre. Dans ma hâte quelque chose était tombé soudainement de ma poche. Je fis signe à Demi de ne pas m'attendre, et tâtonna le sol humide et boueux. Je mis rapidement la main sur la boite cuivrée et emballée dans laquelle se trouvait encore le collier, acheté quelques heures auparavant chez le bijoutier. Plusieurs évènements se passèrent en une fraction de seconde. Alors que je me relevais tranquillement, le paquet encore à la main, les lumières se rallumèrent. Éblouissant au passage ma figure noircie par cette aventure. Mes yeux restèrent floutés quelques instants pour enfin s'arrêter sur une personne à l'expression ahuris. Elle m'arracha mon paquet des mains, déchiqueta d'une manière impressionnante le papier cadeau et se mit à hurler :
OHHH MOOON DIEEEEU LES FILLLES! JOE JONAS VIENT DE M'OFFRIR LE COLLIER LE PLUS CHER DE NEW-YORK.
Je ne savais pas lequel de nous deux étaient le plus ahuris. La fan hystérique ou bien moi. Je n'affichais aucune expression et ne répondis même pas à l'inconnu. J'imaginais Demi, placée dans la wagon, assister à ce tableau. La fan m'emprisonna dans ses bras, et à mon plus grand étonnement je n'eus aucune réaction.
Je déteste les manies des fans. Pourquoi se sentent-elles toujours obligées de tout gâcher? 


Revenir en haut
Demi Lovato
I'm Just a girl .

Hors ligne

Inscrit le: 26 Déc 2009
Messages: 96
Localisation: Los Angeles

MessagePosté le: Sam 27 Fév - 18:35 (2010)    Sujet du message: Après midi que personne n'aurait imaginé ainsi .. Répondre en citant

Je m'étais habitué au fait que Joe était une rock-star. Tout du moins, je crois. J'avais essayé de m'y habituer, et de faire comme si de rien n'était. Je ne l'avais jamais pris pour quelqu'un d'affreusement supérieur à moi, qui vendait des millions d'albums à travers le monde et qui avait un compte en banque qui débordait. Pour moi, Joe était un simple camarade de classe, comme n'importe quel autre. Non, en effet pas exactement, j'avais établis des liens spéciaux avec lui. Je ne savais pas exactement si nous pouvions réellement nous considérer comme un couple, car nous n'avions jamais vraiment aborder le sujet ensemble. Mais nous sortions ensembles, nous nous embrassions, et cela : c'était tout ce qu'un couple faisait. Je savais qu'il était différent des autres garçons, et non pas parce qu'il chantait bien, ou qu'il était beau. Il avait une réelle personnalité. Il était.. intéressant. Suite à l'appel de la femme dans le microphone, je suivis ses instructions et retourna rapidement dans le wagon. Quelques secondes après cela, Joe s'arrêta. Je ne parvenais pas à distinguer ce qu'il faisait, car nous étions toujours dans l'obscurité la plus totale. Certes mes yeux s'étaient habitués peu à peu à cette vision, mais je ne voyais pas ce qu'il faisait. Seul un geste de sa part m'indiquant de retourner au wagon me sauter aux yeux. Sans prendre le temps de m'attarder la dessus, j'y allais sans dire un seul mot. Une fois installée, je n'eus pas besoin de patienter plus de trente-cinq secondes avant que la lumière s'allume dans l'attraction. Alors, se déroula sous mes yeux une scène que j'aurais préféré évité. Joe tenait une boite de couleur cuivrée, qu'une jeune fille d'une quinzaine d'années ne tarda pas à s'emparer avant d'hurler fièrement à tout le monde que Joe venait de lui offrir le "collier le plus cher de New-York". N'ayant pas suivis ce qui s'était passé avant, je ne me posais pas de questions : Joe devait sans aucun doute connaître cette fille et ... l'apprécier. Visiblement. Je ne cherchais pas à comprendre, je ne voulais pas comprendre : s'en était assez. J'avais l'impression qu'il jouait avec moi, et que ça l'amusait. Qu'il aimait me rendre jalouse, ou encore pire : aimer me faire du mal. Lorsqu'il revint à côté de moi, je ne lui adressais pas un seul regard. Je n'avais pas envie de lui parler, pas maintenant. Et je ne savais pas encore quand est ce que j'aurais envie de lui parler. Pas de sitôt en tout cas. Il marmonna quelques phrases pour lui-même, que je ne pris pas la peine d'écouter. Je ne sais pas ce qu'il se disait, là, maintenant. Et j'aurais bien aimé le savoir. Savoir s'il culpabiliser, ne serais-ce qu'un petit peu. Ou si au contraire, il n'en avait rien à faire que je lui en veuille. J'aurais aimé lire dans ses pensées : mais évidemment c'était impossible. Une fois l'attraction arrêté, je quittais le wagon, Joe sur mes talons. Alors que je m'apprêtais à quitter la fête foraine, il posa sa main sur mon épaule afin de me stopper dans mon élan. Je me retournais brusquement afin de lui faire face, et attendis un petit instant. Au moment où il ouvrit sa bouche afin de me dire quelque chose, je ne lui laissais pas le temps d'agir et le coupa en disant ;
- Arrête, Joe. J'en ai marre, sincèrement. Je sais pas à quoi tu joues là, mais tu m'agaces. J'en peux plus. Tu as qu'à retourner... avec cette fille. Tu as l'air de l'apprécier, n'est ce pas?
 
 


Revenir en haut
Joe Jonas
I'm a Bad Boy .

Hors ligne

Inscrit le: 26 Déc 2009
Messages: 94
Localisation: Los Angeles

MessagePosté le: Mar 15 Fév - 02:45 (2011)    Sujet du message: Après midi que personne n'aurait imaginé ainsi .. Répondre en citant

On dit souvent que l'ignorance est le pire des mépris. Au fond, cette phrase peut prendre tout son sens lorsqu'on la vit et la ressent réellement.  Le fait qu'on ne fasse pas le moins du monde attention à notre petite personne, torture notre esprit et le fait regorger des plus terribles doutes.  C'est comme si cette attitude arrachait en un coup de vent tout nos espoirs, tout nos rêves mais qu'elle dédoublait également nos plus sinistres sentiments.  Vous êtes-vous déjà retrouver à côté d'une personne qui ne vous adresse pas le moindre regard, ni la moindre parole? Un sentiment de froideur et d'anxiété régnait-il alors à ce moment même? Au fond de vous, avouez le, ne voudriez-vous pas vous échappez tel le plus grand des lâches de cette terrible situation? Ne voudriez-vous pas vous cachez, vous enfouir au plus profond de la terre, ou bien alors courir le plus loin et le plus vite possible de ce danger? Ce danger qui s'approche de vous comme le plus grand des mals?  Je ne souhaiterais jamais faire vivre cela à quelqu'un et ce même si je le détestais au plus haut point, même si une haine sans pareil me possèdais lorsque je croisais son regard..  
 Ce terrible sentiment qu'est l'ignorance me toisait de toute sa grandeur et prenait peu à peu part en moi. C'est comme si tout ce qui m'entourait dans cette pièce humide, sombre, et glaciale me paraissait bien plus chaleureux que l'attitude de celle qui était assise à mes côtés.  Comme si ce train fantôme représentait une cheminée regorgeant de flammes au sein d'un chaleureux foyer, et qu'au dehors le froid glacial et enneigé de l'hiver prenait part de tout le paysage.. 
  La première conséquence de l'ignorance m'envahissait déjà. Le doute. Des tas de questions se succédaient et se bousculaient dans ma tête, mais bien évidemment aucune réponses ne s'accommodaient à ce champs de bataille. Devrais-je donc ressentir de la culpabilité? Pour une stupide scène que je n'avais même pas préméditée durant cette après-midi? S'excuser serait-il nécessaire pour un crime non commis?  
 La lumière du jour éblouissa soudainement mes yeux qui s'étaient adaptés contre leur gré à l'obsucirité et l'air frais fouettant mon visage , m'obligèrent à sortir de mes pensées. Ces dernières m'avaient complètement fait oublier le trajet tant espéré vers la sortie.  Comme reflétant l'humeur maussade et colérique de Demi, le ciel grisâtre semblait formé de roc et donnait à l'atmosphère quelque chose de lourd. A intervalle régulier, les éclairs déchiraient le ciel, et vrombissaient tel un vieux moteur d'une voiture de collection. Une pluie battante déposait à chaque seconde des gouttes de pluie sur ma figure asséchée et noircie par cette aventure.  Au moment où ma description climatique fut pour le moins complète, mon champs de vision se rabattis sur le petit wagon métallique, je me rendis compte qu'à mes côtés, le siège rougeâtre et quelque peu déchiré par l'usure des nombreux passagers, était désormais vide. Vide tout comme le sentiment qui me possédait en ce moment. Mes yeux abattus, s'arrêtèrent soudainement sur une silouette qui me semblait plutôt lointaine dans ce brouillard oppressant. J'aurais pu la reconnaître entre mille, elle, mais à ce moment précis, je ne reconnaissais pas son attitude. Elle semblait fuir un danger. Représentais-je juste cela pour elle? Quelque chose à fuir le plus vite possible? Sans aucunes considérations? Sans aucunes explications? Je pris mon courage à deux mains, et comme jaillissant du wagon, mes pas s'entassèrent peu à peu dans le sol boueux. Malgré mes courbatures suite à cette longue aventure, je parvins à arriver très vite à la hauteur de Demi. La paume de ma main entoura son poignée glacée. A ce geste il me sembla que nous fûmes tous deux parcourus par des frissons. Mes lèvres prirent peine à s'ouvrir.  Je voulais lui dire à quel point j'étais désolée, que j'avais été tout comme elle, simple acteur de la scène, simple acteur de mon destin. Les mots se retournaient, se formaient et se composaient dans ma tête. Je voulais lui prouvait que je tenais à elle, qu'elle m'avait fait devenir quelqu'un de meilleur, et d'intègre. Qu'à cet instant, je ne souhaitais qu'une unique chose c'était de l'embrasser, de coller sa peau à la mienne afin qu'elle ne souffre plus de la froideur de ce temps maussade. Malheureusement, elle en décida autrement. Qui saît si elle n'aurait pas couper le rythme de mes paroles, peut-être cela se serait finis différemment? Ses mots me fouettaient à la figure, plus que la force du vent ne le faisait au même instant. J'en avais assez. Assez qu'on me reproche sans cesse des choses. Tout comme le ciel, mon coeur et ma raison se livraient à une guerre sans merci. Deux sentiments différents. Deux discours différents. Cette fois-ci ce fut la raison qui triompha ainsi que ses mots qui trônairent sur mes lèvres.. 
 
  Qu'est-ce que tu attends de moi, là maintenant? Je t'écoute? Que je m'apitois sur mon sort, en te disant que je t'aime plus que quiconque? Plus que ma propre famille? Plus que mes propres fans? Il y a quelques semaines, tu m'aurais dit ça je t'aurais certainement ris à la figure, te traitant de pauvre fille minable. Je t'aurais dit qu' à la moindre seconde, en claquant des doigts, je retrouverais quelqu'un de bien mieux que toi.  Seulement tu vois, tu penses m'avoir fait devenir quelqu'un de bon, de gentil et de lâche. Tu es contente de toi? Ce que tu peux être naîve. Pourquoi tu me reproches sans cesse les pires des choses? N'aurais-je donc jamais le droit à un peu plus de considération? J'en ai juste assez de devoir toujours me justifier, encore et encore. Lovato, et si je n'étais pas bon gentil et lâche? Et si je ne l'avais jamais été? La seule chose que je peux te dire à ce moment, c'est que je n'avais jamais autant connu ce sentiment de désespoir que depuis le jour où on est ensemble. Tu me fais regretter la période où je n'avais aucun sentiments, aucune émotions. Je faisais souffrir les gens autour de moi, mais au moins je ne souffrais pas. Comment puis-je t'agacer? Moi une des stars les plus aimées je t'agace? Au fond en y réfléchissant bien, tu ne m'as rien apporté, mis à part peut-être de la pitié. Alors oui je trouverais des filles bien mieux qu'une personne comme la tienne. Regarde toi, et réfléchis à ce que tu viens de dire à Joe Jonas.  
 
  Je tournis les talons ne me rendant pas réellement compte de ce que je venais de dire. Mon coeur battait à tout rompre, et la chaleur avait peu à peu envahis mon corps en me mettant dans un état de transe. C'était comme si mon ancienne personnalité refaisait surface, et ce malgré moi. N'avais-je donc réellement aucune part de bonté au fond de moi? Etant pour le moins dans un état indescriptible, je ne pus observer la réaction de Demi. Je marchais machinalement en direction opposé tel un homme sans coeur,.  
 
 
  Faire des erreurs est sans doute le caractéristique le plus fréquent au sein de notre humanité. Nous regrettons. Nous torturons notre esprit, ainsi que notre coeur. Nous parlons parfois trop vite. Cette scène en est sûrement un très bon exemple. Mais au fond nos paroles rapides et jettées à la figure d'une personne ne seraient-ce pas le synonyme le mieux adaptée à la vérité? Au fil des jours,  nous nous rendons compte que l'amour est un sentiment douloureux, inutile et surfait. Quel homme voudrait ressentir de nouveau cette émotion stupide? Avouons le aucun, et surtout pas ce pauvre garçon. Le prétentieux Joe Jonas était-il définitivement de retour? Où peut-être n'était-il jamais réellement partis?  
 
 
 
 
 

 
 


Revenir en haut
Demi Lovato
I'm Just a girl .

Hors ligne

Inscrit le: 26 Déc 2009
Messages: 96
Localisation: Los Angeles

MessagePosté le: Lun 31 Oct - 21:18 (2011)    Sujet du message: Après midi que personne n'aurait imaginé ainsi .. Répondre en citant

 
 


Ces mots m'étaient apparus comme une claque. Une succession de couteaux, plantés droit au coeur. Plus il parlait, plus son discours s'allongeait, plus la plaie s'élargisseait, au plus profond de moi. Depuis le début de nos échanges, depuis notre rencontre, depuis la première fois que mon regard avait croisé le sien, j'avais pris cette habitude de ne pas lui dire ce que je ressentais : ou du moins, ne jamais lui dire lorsque j'étais heureuse, lorsque j'aimais sa présence, lorsque son sourire éblouissait ma journée. En revanche, j'avais ce malin plaisir à lui reprocher tout ce qui me passait par la tête. C'était ainsi que nous fonctionnions : je lui repprochais d'être un connard prétentieux et arrogant, et lui me répétais que j'étais une emmerdeuse. Ce que j'étais, les 99% du temps. Je ne me gênais pas pour lui dire qu'il agissait de la mauvaise façon, ou que son attitude était déplacée. C'était probablement ça, la différence entre moi et toutes ses fans : je n'avais pas peur de lui faire du mal, de lui reprocher ce qu'il était vraiment, de lui faire remarquer ses erreurs. C'était un mode de fonctionnement, et jusqu'ici ça nous avait tous les deux convenus. Mais aujourd'hui, cette dispute, ça marquait un changement. Comme le commencement d'une nouvelle ère, d'une nouvelle manière de jouer.. Peut-être les rôles allaient-ils s'inverser ? Ou peut-être deviendrions-nous des étrangers l'un pour l'autre. Je ne pouvais prévoir ce qui allait se passer, car entre nous deux, il fallait toujours s'attendre au pire. C'est ce que mon entourage ne cessait de me reprocher : "Mais à quoi vous jouer, tous les deux? Vous ne pouvez pas agir comme un réel couple, vivre au jour le jour et vous aimer? Vous êtes obligés de vous tester continuellement, de vivre les pires choses et de refuser ce bonheur qui s'offre à vous." Oui, c'était un jeu, une manière de vivre. Ces tests constants, c'était notre quotidien. Et bien que cette façon de voir les choses était épuisante, nous ne pouvions nous en passer. On avait essayé, oui... une fois. Mais cette envie de savoir si l'autre serait capable de revenir, même après tout ce que nous disions, tout ce que nous faisions, c'était notre bouffée d'oxygène. Nous en avions besoin, même si cela nous rendait tous deux vulnérables. Mais après tout, c'est bien connu : Ne jamais prendre personne pour acquis, juste parce qu'à chaque fois que tu les repousses ils reviennent ; car un jour viendra où ils reviendront plus...
- Joseph ! Attends... hurlais-je, consciente que c'était déjà bien trop tard. Je t'aime, rajoutais-je à voix basse. 
Bien sûr que oui : je l'aime. Je suis dingue de lui. De sa manière si unique de remettre ses cheveux en place d'un geste de la main. Je suis dingue de son sourire en coin, de sa manière de mordre sa lèvre inférieur pour se retenir de rigoler. Je suis folle de sa façon de glisser ses doigts dans les miens, de sa façon de me regarder. Sa manière de tenir ma main en public, sans gènes. J'aimais le fait qu'il me laisse m'endormir sur son torse, dès que la fatigue me gagnait. Ce que j'aimais, c'était cette impression de le voir se métamorphoser lorsque nous étions ensemble. Joe Jonas la super rockstar adulée par des milliers devenait alors Joseph Adam, l'homme tendre et romantique, dont j'étais éperdumment amoureuse. L'homme, que je tentais en vain de chasser de mes pensées. J'aimais le fait qu'il me rendait dingue, j'aimais le fait qu'il revienne sans cesse dans mon esprit, comme une maladie : quelque chose qui finit toujours pas nous rattraper.  Est ce que ça vous est déjà arrivé d'aimer quelqu'un tellement fort, que pour vous plus rien ne compte à part lui, son sourire, son rire, sa voix, son visage, ses yeux et son bonheur? Est ce que ça vous est déjà arrivé d'aimer quelqu'un tellement fort, que lorsque vous n'êtes qu'à quelques mètres de lui, votre cœur bat tellement fort que vous avez l'impression que votre cœur va finir par sortir de votre poitrine? Est ce que ça vous est déjà arrivé d'aimer quelqu'un tellement fort, que vous lui donneriez votre vie, même plus, sans conviction? Moi, oui. Mais ça me plaisait, parce que c'était lui. 
 
De : Demi 
A : Joseph ♥ 
Alors ça se finit comme ça? Une dispute, une méchanceté? Je n'ai même pas le droit à un sourire, ou un dernier "Je tiens à toi" ? C'est quoi exactement, on se sépare? Tu en as marre, c'est fini? Réellement? Je sais que tu es bien trop têtu pour prendre la peine de répondre.. Et tu n'imagines même pas à quel point c'est dur pour moi de t'envoyer ce message. Je déteste reconnaître mes fautes et préférerais encore mourir que de faire ça. Sauf que là, c'est toi, et c'est différent. Ma fierté en prend un coup.. Et tu le sais très bien. Mais voilà, quand il en vient à parler de toi.. tout est toujours différent. Je n'attend pas de réponse. Je te connais, après tout, je n'ai rien à attendre de toi, si? Je sais pas.. je suis un peu perdue, je dois te l'avouer. C'est quoi la suite? Je suppose que l'on se voit demain au lycée. Se voir, oui.. Après se parler, c'est toi qui décide. Passe une bonne nuit. Avec tout mon amour ; Demi. 
 


Revenir en haut
Joe Jonas
I'm a Bad Boy .

Hors ligne

Inscrit le: 26 Déc 2009
Messages: 94
Localisation: Los Angeles

MessagePosté le: Mar 1 Nov - 01:39 (2011)    Sujet du message: Après midi que personne n'aurait imaginé ainsi .. Répondre en citant

Avouez-le, le meilleur moment de votre journée n'est-il pas lorsque vous êtes enfin couché confortablement au sein de votre lit, désormais prêt à voyager dans de somptueux rêves? Ce monde à la fois imaginaire et étrange, où vous pouvez enfin relâcher toutes les pressions accumulées lors de vos dernières vingt-quatre heures? Là où vous pouvez faire ce que bon vous semble où vous semble? Là où vous pouvez être l'unique maître de votre destin, l'acteur de votre propre vie? Là où règne un certain sentiment de bonheur intense et de grandeur? Personne ne devrait avoir le droit de nous interrompre pendant ces instants de réconfort. Mais si par malheur, quelqu'un avait déjà eu la désobligeance de vous coupez en plein milieu de l'un de votre rêve, ne ressentiez-vous pas alors un sentiment de frustration horrible? Comme si vous regardiez un film avec une certaine passion ardente et qu'on vous coupez la fin? Comme si on vous enleviez devant vos yeux la chose la plus magnifique, la plus désirée de tous les temps, et que vous ne pouviez rien faire? Comme si une réalité éternelle ne devenait alors que misérables poussières? Comme si on supprimait un passage d'un chapitre où réside tout l'art de l'auteur? La seule envie qui demeurait alors dans votre esprit, n'était-elle pas de retourner dans cet univers merveilleux?
   
          Monsieur? Monsieur Jonas? Réveillez-vous, nous sommes arrivés!
  

Je pris tendrement la main qui m'agrippait à ce moment même mon épaule, et la caressa comme j'avais toujours pris l'habitude de le faire. Je n'étais pas totalement sortis de mes songes, mais réussis à marmonner de manière amoureuse :
Demi, où est-ce que tu m'as encore emmené?

   
Monsieur, désolé mais je ne suis pas Demi. Je suis votre chauffeur, vous savez? Et nous sommes arrivés chez vous. Tout va pour le mieux?

Je me réveilla d'un bond, effrayé. Je découvris alors avec horreur, deux petits yeux noirs malicieux débordant d'ironie et qui ne cessait de me scruter. Ils dévièrent peu à peu sur mon épaule. Je regarda à mon tour vers cette direction et retira ma main immédiatement d'un air gêné.

Vous vous êtes assoupis, Monsieur. continua alors le chauffeur.
Oui, excusez-moi. A demain et encore merci.

J'embarquais mes affaires et sortis machinalement de la voiture, heureux de quitter cette atmosphère plus qu'intimidante. Mes pieds touchèrent alors le chemin jonchant de graviers, qui menait jusqu'à ma demeure. Le bruit mécanique de la limousine perdura quelques minutes, puis fut alors relayé par le calme oppressant et inquiétant de la nuit. Quant au brouillard présent quelques heures auparavant, il semblait s'être enfuit afin de laisser la place à la clarté réconfortante de la lune. Je commença à me diriger vers mon foyer, encore trempé jusqu'aux os. Quelques lanternes m'éblouirent au passage, me sortant un peu plus de cet état de somnolence. Il me fut quelques fractions de secondes, avant que je me rende compte que la réalité se contrastait totalement avec quoi je rêvais quelques minutes plus tôt. Effectivement, toutes mes émotions mauvaises concernant les scènes de l'après-midi, me revinrent en tête et ne cessait de me torturer. Devrais-je me sentir coupable de ne rien avoir fait pour retenir Demi?

Les rêves seraient-ils synonyme d'échappatoire à la dure réalité? Ressentons-nous donc l'obligation de nous enfouir dans nos tendres songes, simplement dans l'infime espoir de réaliser ce que nous avons toujours le plus escompté? Ces actes dont nous n'avons pas toujours pris assez le temps ou encore le courage demandé pour les réaliser? Notre sommeil refléterait-il alors qu'un propre sentiment de lâcheté?


C'est avec une certaine réflexion intense, que je posa ma main sur la clenche glacée de ma porte d'entrée. Des frissons me parcoururent alors tout le corps, et ne faisaient qu'intensifier ma douleur. Une fois rentré, je dévala les escaliers, et alla me réfugier dans ma chambre. C'est une fois affalé sur mon lit, et les écouteurs dans les oreilles que je me sentis un peu mieux. Au fil du rythme de la musique, mon cœur semblait comme revivre, et oublier toutes les mésaventures de ces derniers jours. Au fond, peut-être avais-je eut raison? Peut-être valait-il mieux tout arrêter et faire enfin abstraction des sentiments?
Toutes mes pensées furent encore une fois chamboulées. En effet, mon portable venait à l'instant de vibrer dans la poche de mon jean. Lorsque je vis qu'il s'agissait d'un message de Demi, je fus à la fois heureux et angoissé. Il semblerait cependant que ce soit l'angoisse qui pris le contrôle à ce moment-là, car je mis quelques minutes avant d'avoir le courage de pouvoir lire ces mots. Ces derniers faisaient battre ma poitrine à tout rompre. Mais ils rendaient également les choses encore plus difficiles, et étaient une fois de plus la cause d'une guerre sans merci entre ma raison et mon cœur. Je commença à répondre avec peine :

De : Joe
A : Demi ♥

Je tiens à toi.


Stupide, inutile et surfait qu'est le sentiment de l'amour. Je ne voulais plus souffrir davantage. Et je savais que la meilleure manière d'oublier Demi, c'était de la voir la moins possible, et d'utiliser la cruauté avec elle. C'est pourquoi je préféra supprimer mes précédents mots, afin de les remplacer par d'autres beaucoup plus durs.
  

Si je prend la peine de te répondre, c'est simplement pour te montrer que je ne suis pas têtu, et qu'une fois encore tu as tord. Quant à demain, je songe à ne pas venir, je préfère passer ma journée avec mes fans. Avec toute ma rancœur. Joe
.

  


  
  
  
   
   


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:13 (2017)    Sujet du message: Après midi que personne n'aurait imaginé ainsi ..

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> INSIDE the city -> Fête forraine Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com